La ponctuation du Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole : remarques sur le style de Jean Renart

OBRY, Vanessa, 2016. La ponctuation du Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole : remarques sur le style de Jean Renart. Ponctuer l'oeuvre médiévale [en ligne]. 28 septembre 2016. [Consultésans date]. Consulté de : https://www.droz.org/france/fr/6397-9782600019101.htmlLes enjeux herméneutiques de la ponctuation de l’œuvre médiévale : telle est la question posée dans cet ouvrage. Linguistes, philologues, littéraires, historiens, musicologues se répondent pour étudier des textes de genres variés en vers et en prose, en langue d’oc et d’oïl, en latin, italien et moyen anglais. Art à part entière – art du rythme, du souffle et du silence, art de la composition graphique – la ponctuation, dans ses dimensions sonores et visuelles, est comme une manifestation privilégiée de l’art de lire. De la ponctuation choisie par un copiste ou un éditeur dépend la construction du sens : depuis la renaissance philologique de la fin du xixe siècle, quelle marge de manœuvre incombe aux éditeurs de la ponctuation telle qu’elle figure dans les manuscrits, avec ses écarts par rapport aux usages modernes ? Dans certains textes, ponctuer revient à lever l’ambiguïté, à appauvrir la lecture et à trahir une polysémie intrinsèque à l’œuvre. Engageant le sens, les choix de ponctuation sont le sceau intellectuel de celui qui transcrit l’œuvre médiévale, comme de l’écrivain moderne sur son style.1. .